Dates de semis optimales pour le maïs

Corn close-up

Ce que vous devez savoir :

En Ontario et au Québec, les champs de maïs semés entre fin avril et début mai sont habituellement les plus productifs, car la culture profite de toute la saison de croissance.

 

IMPACT DES DATES DE SEMIS ET DES TEMPÉRATURES DU SOL

L’idéal, c’est de semer le 7 mai ou avant dans le sud-ouest de l’Ontario et le 10 mai ou avant dans le centre et l’est de l’Ontario/Ouest du Québec. À partir de la date optimale, tout retard des semis peut entraîner une perte de rendement d’environ 1 %, en moyenne, par jour, en mai. Après ces dates, les pertes de rendement sont encore plus importantes. Pendant les trois premières semaines de juin, elles sont d’environ 2 % par jour de retard dans les régions à saison longue (> 3 050 UTM) et de 3 % dans les régions à saison plus courte. (Source : ministère de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales de l’Ontario)

Selon le nombre de jours nécessaires pour ensemencer toute la superficie consacrée à la culture du maïs, il faut commencer les semis bien avant la date optimale. Lors de semis avant les dates de semis optimales, la température du sol requise est d’au moins 10 °C pour permettre la germination et la levée. Si le sol est à une température moyenne de 10 °C ou plus, qu’il est en bon état et que la météo prévoit des températures égales ou supérieures à la moyenne, on recommande des semis hâtifs sur au moins une partie de la superficie.

Après le 26 avril (le 1er mai dans les zones recevant moins de 3 000 UTM), le semis du maïs devrait être prioritaire. Il est alors recommandé d’accorder moins d’importance à la température du sol et de semer quand l’humidité de celui-ci le permet. Généralement, en matière de rendement, une avance de deux à trois semaines par rapport à la date optimale des semis représente moins de risques qu’un retard de deux à trois semaines. (Source : Ministère de l’agriculture, de l’alimentation et des affaires rurales de l’Ontario)

 

PLAN D’ACTION À L’APPROCHE OU APRÈS LES DATES OPTIMALES DE SEMIS DU MAÏS :

Semez d’abord les hybrides de pleine saison. Au moment de choisir les hybrides à semer en premier, les producteurs se doivent de prioriser les hybrides selon leur maturité. Il est important de semer d’abord les hybrides de pleine saison dont l’épiaison est la plus tardive, car ces hybrides prendront plus de temps pour atteindre le point noir.

L’ordre du semis devrait être comme suit :

1. les hybrides de pleine saison à épiaison tardive

2. les hybrides de pleine saison à épiaison hâtive

3. les hybrides de saison courte à épiaison tardive

4. les hybrides de saison courte à épiaison hâtive.

Ne travaillez pas le sol lorsqu’il est trop humide. La compaction peut être un problème majeur au courant des années humides. La compaction réduira les rendements davantage qu’un retard de semis de quelques jours.

Semez pour obtenir un peuplement uniforme. N’augmentez pas la vitesse de semis ! Cela résultera en des peuplements plus faibles et des problèmes au semis. Si des conditions de temps froids sont prévues après le semis, plusieurs augmentent de 5 à 10 % les populations au semis afin de compenser pour les problèmes potentiels de levée et de maladies des plantules.

Commencez à semer avant qu’il ne soit trop tard. L’azote peut être appliqué en bande jusqu’au stade de 8 feuilles. Un herbicide de prélevée peut être remplacé par un herbicide de postlevée dans certain cas si nécessaire. Il est plus important de semer que de suivre à la lettre le plan initial et de manquerla fenêtre de semis optimale si des alternatives sont possibles.

Changez l’hybride choisi. Si les retards dans le semis deviennent excessifs, il faudra peut-être envisager changer l’hybride choisi. Quelques consignes qui varieront selon la région sont à suivre :

1. 15 mai : changement des hybrides de pleine saison pour ceux de mi-saison

2. 25 mai : changement des hybrides de mi-saison pour ceux de saison courte

3. Après le 5 juin : un changement de culture comme alternative au maïs peut être justifié. Quelques facteurs sont à prendre en considération :

  • Condition du sol et prévisions météo à court terme
  • Herbicides et fertilisants déjà appliqués au champ
  • Rotation des cultures
  • Stratégies de commercialisation du grain
  • Besoins à combler en aliments pour la ferme
  • Dates butoirs de l’assurance récolte