Agronomie •  2022-02-14

Affronter la vergerette du Canada dans le soya nécessite un bon plan

Something went wrong. Please try again later...
les soyas

Voici une statistique qui porte à réfléchir : le premier signalement de la vergerette du Canada résistante au glyphosate remonte à 2010. Cette année-là, sa présence a été signalée dans huit champs situés dans un comté de l’Ontario. En 2015, à peine cinq ans plus tard, la vergerette du Canada résistante au glyphosate était présente dans 30 comtés de l’Ontario.1

Cette propagation rapide prouve sa grande capacité de survie grâce surtout à deux caractéristiques. Elle peut voyager loin et elle pousse à peu près partout. Aujourd’hui, avec un certain nombre de biotypes résistants en Ontario et au Québec, quelques-uns à résistances multiples, aux yeux des producteurs de soya, la vergerette du Canada résistante domine les problèmes de gestion des mauvaises herbes.

Alors, que faire ? Avoir un plan pour lutter contre cette mauvaise herbe est un pas dans la bonne direction. D’abord, il faut comprendre la plante elle-même. Comment pousse-t-elle ? Comment se disperse-t-elle ? À quel stade est-elle la plus vulnérable ? Deuxièmement, élaborez un plan de gestion intégrée. Il comprendra des moyens de suppression culturaux ainsi que chimiques. Troisièmement, assurez-vous que votre plan d’herbicide utilise plusieurs modes d’action et que votre plan de culture soutient le plan d’herbicide.

La vergerette du Canada : savoir comment et quand elle pousse

La vergerette du Canada préfère les environnements sans labour. Une plante adulte peut produire environ 200 000 graines. Il est surprenant de constater que même une petite plante adulte (moins de 1,5 m) peut produire environ 2 000 graines.

Presque transparentes, très petites (1 à 2 mm), les graines munies de petits poils (aigrette) permettent au vent de les transporter sur de longues distances un peu comme il le fait avec celles des pissenlits. Sous des conditions favorables, le vent peut les souffler jusqu’à 500 kilomètres de la plante mère. Toutefois, la grande majorité d’entre elles atterrissent à moins de 100 mètres.2

La vergerette du Canada peut se comporter comme une annuelle d’hiver ou d’été, selon le moment où une graine décide de germer. De loin, la majorité d’entre elles germent entre le milieu de l’été et la fin de l’automne, développant des rosettes pour passer l’hiver. Un plus petit nombre de graines germent au printemps, sautent le stade de la rosette et passent directement à la montaison et au développement des fleurs. Cette capacité à passer de l’été à l’hiver signifie que la vergerette du Canada peut sortir de terre presque toute l’année, janvier étant le seul mois où elle semble faire une pause.3

Créer un plan de gestion intégrée des mauvaises herbes

Comme pour tout programme efficace de lutte contre les mauvaises herbes, une approche intégrée utilise le travail du sol, les cultures de couverture et les herbicides comme moyens les plus efficaces de limiter la vergerette du Canada.

Travail du sol : Les graines sont si petites qu’elles ne demeurent pas viables dans le sol bien au-delà de trois ans. Le travail du sol peut être un outil efficace dans la lutte contre la vergerette du Canada. Mais il y a des limites.

Des recherches menées en Ontario montrent que l’enfouissement des graines à 6 cm de profondeur élimine complètement la germination. Par contre, l’enfouissement à 1 cm seulement peut réduire la germination de 90 %. Bien que les petites plantules de vergerette du Canada soient également sensibles au travail du sol, n’oubliez pas que même les rosettes et les plantules minuscules peuvent s’accrocher à leur sol radiculaire et survivre au travail du sol. 4

Enfin, si le travail du sol peut être un outil utile, il est important de garder à l’esprit la conservation des sols. Un travail du sol trop profond ou trop agressif peut causer plus de mal que de bien.

Cultures de couverture : Personne ne sera étonné de constater que la vergerette du Canada profite mieux dans des environnements à faible perturbation et à faible concurrence. Ainsi, là où le travail du sol interfère avec les graines et les plantules, les cultures de couverture peuvent offrir un certain degré de concurrence pour limiter l’émergence de la vergerette à la fin de l’été et à l’automne.2

Herbicides : L’hypothèse la plus sûre consiste à voir la vergerette du Canada comme probablement résistante à la fois au glyphosate (groupe 9) et au cloransulam (groupe 2), avec une possibilité d’être également résistante au paraquat (groupe 22).

Un bon programme herbicide devrait inclure une application hâtive (présemis ou prélevée) pour supprimer les plantules de vergerette du Canada ayant hiberné et ayant levé tôt. Il comprendra aussi un brûlage d’automne pour supprimer les rosettes de vergerette se préparant pour l’hiver. En fin, l’adoption d’un programme d’herbicides à modes d’action multiples permettra de gérer les problèmes de résistance.

Choix d’herbicides et de variétés qui ciblent la vergerette du Canada

Le système de désherbage Enlist™ avec le soya Enlist E3™ est un outil précieux dans la lutte contre la vergerette du Canada. Ce système de production de soya comprend des herbicides offrant trois modes d’action différents. Il vous permet de lutter contre les mauvaises herbes résistantes au glyphosate. Cette toute dernière technologie du soya tire le meilleur de ces herbicides sans sacrifier le rendement.

D’abord, les herbicides. Puisque la lutte hâtive contre la vergerette est la clé du succès global, commencez votre approche à multiples modes d’action avec l’herbicide Canopy™ PRO et l’herbicide Elevore™ avec Arylex™ actif.

  • Canopy PRO contient des matières actives du groupe 2 et du groupe 5. Elles peuvent être appliquées en présemis ou en prélevée pour éliminer par effet choc la vergerette du Canada en début de saison. Canopy PRO présente aussi une activité résiduelle à large spectre pour aider à supprimer les mauvaises herbes pendant l’établissement de votre soya.
  • Elevore avec Arylex actif, est un herbicide de brûlage en présemis appartenant au groupe 4. Il est très efficace contre les mauvaises herbes à feuilles larges, y compris la vergerette du Canada résistante au glyphosate et les mauvaises herbes résistantes au groupe 2.
     

Le système de désherbage Enlist vous permet de choisir entre deux herbicides de postlevée. Tous deux utilisent des modes d’action différents contre la vergerette du Canada résistante :

  • Enlist Duo™ est un mélange breveté de 2,4-D choline (groupe 4 et 9) et de glyphosate. Il supprime les populations de vergerettes résistantes. Les mauvaises herbes non résistantes au glyphosate subissent le même sort.
  • Enlist™ 1 est une préparation autonome de 2,4-D choline (groupe 4). Il peut être mélangé en cuve avec Liberty® 200 SN, un herbicide glufosinate sélectif du groupe 10. Ensemble, ils présentent deux modes d’action auxquels toutes les populations de vergerette du Canada succombent.
     

Les deux herbicides sont dotés de la technologie Colex-D™. Cela leur confère une volatilité quasi nulle et un potentiel de dérive physique minimisé. Ils restent là où ils sont pulvérisés.

En tant que composants de semences du système de désherbage Enlist, les semences de soya Enlist E3™ de Brevant® vous offrent une marge de flexibilité pour gérer la vergerette du Canada résistante. Elles conservent aussi le rendement et la qualité du soya que vous recherchez.

Le soya Enlist E3 tolérant au 2,4-D, au glyphosate et au glufosinate accepte aussi de façon robuste la technologie Colex-D retrouvée dans les herbicides Enlist. Vous pouvez donc les appliquer jusqu’au stade R2 si nécessaire. Cela vous donne plus d’options de contrôle des mauvaises herbes.

De plus, les soyas Enlist E3 offrent de meilleures fèves, tout simplement. Porteuse de la dernière technologie en matière de soya, la gamme de variétés de soyas Enlist E3 vous laisse le choix de maturités adaptées à toutes les régions de culture. Il s’agit d’une génétique à haut rendement. D’excellentes caractéristiques agronomiques l’accompagnent, notamment une excellente résistance aux maladies.

Par exemple, B091FE (2725 UT) est un soya Enlist E3 avec une très bonne levée au champ, une résistance à plusieurs races de la pourriture phytophthoréenne (Rps 1C) et une stabilité à la récolte supérieure à la moyenne. Vous pouvez également jeter un coup d’œil au B191FE (3000 UT), un soya de hauteur modérée avec une canopée modérément large. Il offre aussi une résistance à plusieurs races de la pourriture phytophthoréenne (Rps 1C et 3A) et une forte stabilité à la récolte.

Une approche à plusieurs volets contre la vergerette du Canada

La gestion efficace de la vergerette du Canada résistante au glyphosate dans le soya repose sur de nombreux facteurs : vigilance quant à la présence et au comportement des mauvaises herbes, utilisation de tous les outils culturaux et chimiques à votre disposition. La vergerette du Canada est assurément un défi. Toutefois, c’est un défi que nous pouvons relever.

 

 

Note de bas de page :

1 Glyphosate-resistant weeds in Ontario, by Peter Sikkema, Top Crop Manager, September 2018. https://www.topcropmanager.com/glyphosate-resistant-weeds-in-ontario-21437/

2 Limit corn and soybean losses due to GR Canada fleabane, by Madeleine Baerg, Top Crop Manager, March 2018. https://www.topcropmanager.com/keeping-canada-fleabane-out-of-fields-21141/

3 Controlling Canada fleabane in soybean, by Julienne Isaacs, Top Crop Manager, March 2018. https://www.topcropmanager.com/controlling-canada-fleabane-in-soybean-21137/

4 Field Crop News, 2017 ERICA PWB 2017 http://fieldcropnews.com/wp-content/uploads/2017/05/ERICA_PWB_2017.pdf